Skip to content

Scandale mélancolique (2005)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 


Voir les 9 commentaires
  • lesage
    4 avril 2012 à 19:24

    qoui d’autre je vien de lire adrien bien résumer peu etre des adieu pos-mortel j’aurai mal ci cetai le cas efforçont nous a etre possitifs je le serais avant reste le meme hubert 33 fois av jc ci un jour tu v phone 0643452280 tchao

  • lesage
    4 avril 2012 à 19:10

    je suisalle léon r a dieppe depuis tjrs je técoute j’avais pa mal de cassettes et cd la premiere fois que j’ai etai te voir j’etai a la dass a janval ou té passe en 84 a la salle léon roger avec sylvie une éducatrice qui et décédé il y a plu de 20 ans maitenent paie a son ame rien a voir avec l’album mai je voulai que tu le chazz bien la chanson pour tes parents com dierai léo con st des lionois de la balance ou on e lion erratum

  • Cartouche
    16 décembre 2011 à 09:51

    Moi j’aime bien les 5 premières… et je décroche complètement après (sauf « L’étranger… »). Je le considère comme une expérience, « tiens, qu’est-ce que ça donnerait avec d’autres compositeurs ? » Le premier essai est un peu raté – il y a franchement deux ou trois titres inaudibles -, le deuxième, « Suppléments de mensonge », est un chef-d’oeuvre.

  • koamae
    20 décembre 2010 à 10:19

    Album qui déroutera plus d’un fan, car un retour à une variété française plus classique. Mais une réussite, et des perles.

  • Manu
    4 décembre 2010 à 08:55

    sublime album !! rien d’autre à dire.

  • beal ludovic
    3 décembre 2010 à 19:36

    peut-être le meilleur …

  • cocoy
    21 novembre 2010 à 16:48

    Une nouveauté partagée avec d’autres. Osé et apprécié. Une préférence pour télégramme, musique énergique, merci Elista, puis Cantat quoi, fallait le faire, merci Hubert !!!!

  • Adrien
    17 novembre 2010 à 21:43

    Le premier album sorti après le départ de mon admiration pour Hubert, je dois cela à mon jeune âge (20 ans). Le premier que j’ai découvert titres après titres comme des nouveautés. J’y trouve l’humilité d’un artiste qui a souhaité travailler avec la nouvelle génération qui le revendique. J’y trouve l’expérience d’un Homme qui, a 58 ans au moment de la sortie de l’album, a vécu. A vécu de sorte de pouvoir nous livrer des textes d’une rare poésie que je ressens énormément malgré les 43 années qui nous séparent. Le ton de l’album peut laisser penser à une sorte de testament artistique. Et d’ailleurs, certains aspects de la tournée qui a suivi (et à laquelle j’ai assisté), étaient pour le moins convaincants : « HFT SUICIDE TOUR ». Quelle déception pour moi. J’ai connu cet artiste alors que je devais avoir cinq ans par les soins d’un oncle résolument fan, j’ai mis dix ans avant de m’y pencher sérieusement, j’ai alors 15 ans, et le premier album que je vois sortir et la première tournée à laquelle j’assiste sont peut-être les derniers ! S’en suit une passion naissante, une boulimie Thiéfainesque, comme une besoin de rattraper les temps perdu, presque un regret de ne pas avoir eu 15 ans en 1978 ! En tous les cas, si je devais associé un mot à cet album, ce serait : « Beauté ».

  • Lorelei2
    17 novembre 2010 à 19:34

    Libido Moriendi … une grande détresse …
    Scandale Mélancolique …un texte superbe mais je ne me suis jamais habituée aux choeurs
    Confessions d’ un Never Been … magnifique
    L’Etranger dans la Glace … poignant , elle me tire aussi les larmes cette chanson
    Les Jardins Sauvages … c’est d’une poésie sublime …
    Last Exit to Paradise : ça doit déchirer en live !!!