Skip to content

J

J comme…

Jacaranda : arbre de la famille des Bignoniaceae, originaire du Mexique. L’espèce la plus commune est le flamboyant bleu (Jacaranda mimosifolia). Il fleurit en début d’été puis en début d’automne en formant des fleurs bleues violacées. Sa taille peut atteindre 15 mètres.

James Joyce : (Rathgar, banlieue de Dublin, 1882 ­ Zurich, 1941), écrivain irlandais. Il quitta définitivement son pays en 1906 et se fixa à Trieste. En 1907, il publia Musique de chambre (poèmes) puis entreprit une œuvre qu’il serait hâtif de ranger dans le genre romanesque: Gens de Dublin (nouvelles, 1914), Dedalus, portrait de l’artiste en jeune homme (1914 puis 1916), les Exilés (drame, 1918). Ulysse, écrit de 1914 à 1921, publié à Paris en 1922, fit scandale (interdiction, pour pornographie, en G.-B. et aux É.-U. pendant plusieurs années) et révolutionna la littérature du XXe s.; utilisant le plus souvent le monologue intérieur (de ses «héros»), Joyce transforme le vécu, présent (les événements de la journée du 16 juin 1904 à Dublin) et passé, conscient et inconscient, les cadres spatiaux et temporels de notre culture, suivant un système d’allusions (encyclopédiques, historiques, philosophiques, théologiques) dont la référence à l’Odyssée n’est qu’un aspect. De 1922 à 1939, il élabora Finnegans Wake («la Veillée de Finnegan», cabaretier ivre), immense jeu de mots dans une quinzaine de langues, épopée stylistique quasi intraduisible qui généralise et pousse à son ultime impasse le monologue de son livre précédent.

Jérusalem : (en arabe al-Quds, en hébreu Yerushalaïm, «la Ville de la paix»), ville sainte de Palestine; 630000 habitants (agglomération) [1994]. (Hiérosolymites ou Hiérosolymitains). Partagée en 1948 entre la Jordanie et Israël, elle est proclamée capitale de l’État d’Israël le 23 janvier 1950. Bien qu’elle soit le siège effectif du gouvernement, ce statut ne lui est pas reconnu par la plus grande partie de la communauté internationale (Jérusalem réunifiée a été proclamée «capitale éternelle d’Israël» en 1980). La ville ancienne, construite sur deux collines séparées du mont des Oliviers par le torrent du Cédron, domine les quartiers modernes du Nord et de l’Ouest, qu’animent des activités industrielles variées (constructions mécaniques et industries textiles, notamment). Mais Jérusalem est surtout un centre culturel (université hébraïque) et religieux.
Histoire ancienne. ­ Antique cité remontant au IIIe millénaire, Jérusalem n’entre véritablement dans l’histoire du peuple juif qu’avec David (Xe siècle avant J.-C.), qui la conquiert sur les Jébuséens, en fait sa capitale et y installe l’Arche d’alliance. Salomon l’embellit (construction du Temple, d’un palais royal, etc.). Le schisme des tribus du Nord lui donne le statut de capitale du royaume de Juda, mais elle est ravagée par les Babyloniens (586 avant J.-C., destruction du temple de Salomon). En 70 après J.-C., Titus la prend, l’incendie et l’intègre à l’Empire romain. Lieu de la mort du Christ, elle attire, dès le IIe siècle, de nombreux pèlerins chrétiens. Avec l’occupation arabe (638) et la construction, au VIIe siècle, de la Coupole du Rocher (souvent dite, improprement, mosquée d’Omar) à l’emplacement même du Temple, la ville devient le lieu saint d’une troisième religion: l’islam. Aussi, de nos jours, le principe d’une internationalisation de la ville est-il prôné par des représentants des communautés religieuses chrétiennes et musulmanes ainsi que par l’ONU.

Jésus-Christ : (Jésus, forme grecque du nom hébr. Josué, signif. Dieu sauve; Christ, du mot gr. «Khristos», signifie oint), fondateur de la relig. chrétienne. Du strict point de vue historique, on admet que Jésus est né à Bethléem, non pas en l’an 753 de Rome (chronologie usuelle), mais quelques années auparavant, v. 5 ou 4 av. le déb. de l’ère chrétienne. Sa prédication, transmise dans les Évangiles, paraît avoir duré trois ans. On ne connaît rien de sa vie entre sa douzième et sa trentième année. Il fut condamné à mort et crucifié à Jérusalem le vendredi 14 du mois de nisan (7 avril) de l’an 30, ou bien le 3 avril 33. Selon les Évangiles, Jésus est le Sauveur, le fils de Dieu, le Messie, prédit par les prophètes, et la deuxième personne de la Trinité. Conçu par l’opération du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie, épouse de Joseph, il vint au monde dans une étable de Bethléem. Pour le soustraire au massacre des nouveau-nés ordonné par le roi Hérode, ses parents l’emmenèrent en Égypte. Quelques années plus tard, la famille s’établit à Nazareth, en Galilée. Jean-Baptiste, le Précurseur, donne à Jésus le baptême et le désigne à la foule comme le Messie. Jésus parcourt alors la Galilée et la Judée, prêchant une éthique («Aimez-vous les uns les autres») qui se veut plus élevée, et surtout plus universelle, que les préceptes moraux de la relig. juive de l’époque: «Dieu est Amour, annoncez la bonne nouvelle (en gr. euaggelion, d’où évangile) au monde», demandera-t-il à ses disciples. Sans rompre avec le judaïsme, il développe des thèmes nouveaux (la rédemption, notam.) qui donneront corps à une nouvelle théologie, à une nouvelle religion: le christianisme. Il s’adresse aux humbles et, pour se faire comprendre, use de paraboles. Il opère des miracles. Bientôt, à la suite de Simon (le futur saint Pierre), onze autres disciples se groupent autour de lui: ce seront ses apôtres. De retour à Jérusalem, Jésus voit se dresser contre lui les princes des prêtres, les pharisiens, etc. Trahi par l’un de ses apôtres, Judas, il est amené devant le grand prêtre Caïphe, qui le condamne à mort comme blasphémateur pour s’être déclaré fils de Dieu. Ponce Pilate, procurateur romain de Judée, se refuse à confirmer cet arrêt, tout en abandonnant Jésus à son sort. Celui-ci est crucifié sur le mont Calvaire (Golgotha) entre deux larrons. Détaché de la croix, il est enseveli. Mais, le troisième jour après sa mort, le tombeau est vide: Jésus est ressuscité. Quarante jours après sa résurrection, il monte au ciel (Ascension). La Résurrection n’est pas un fait historique directement constatable. C’est indirectement seulement qu’elle nous est connue: le tombeau est vide le dimanche matin (le jour de Pâques des chrétiens); ensuite, Jésus apparaît plusieurs fois à ses disciples pour leur donner diverses instructions. Lors de l’Ascension, Jésus apparaît une ultime fois et adresse un dernier message: il ne demande pas qu’on l’imite servilement, mais il laisse sa Parole et son Esprit.

John Lee Hooker : (1917-2001). Né à Clarksdale (Mississipi) et baignant dans la tradition du blues rural vocal, il débute la guitare à douze ans. En 1943, il émigre à Détroit où il construit sa réputation en jouant dans les bars le soir. Puis il se met à la guitare électrique et sort en 1949 son premier disque Boogie Chillen qui connait très vite un énorme succès. Un style répétitif, sur un rythme boogie-woogie, fermement marqué par les souliers de John Lee Hooker, une voix d’outretombe et sincère, caractérise ce musicien. Il n’a jamais été atteint par la crise qu’a traversé le blues entre 1975 et 1985 et jouit aujourd’hui encore de la faveur des médias et du public. John lee Hoocker est décédé le 21 Juin 2001, ironie du sort, le jour de la fête de la musique en France.

Joseph d’Arimathie (saint) : (Arimathie, auj. Rantis, Israël, Ier s.), Juif de Jérusalem qui obtint de Pilate le corps du Christ pour l’ensevelir. Selon une tradition médiévale, il aurait recueilli le sang de Jésus dans le Graal.

Junkie : Toxicomane qui prend une drogue dure.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.