Skip to content

Eros uber alles (1988)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 


Voir les 7 commentaires
  • Clo007
    9 mars 2011 à 00:17

    J’adore cet album … beaucoup de titres sont liés à des moments primordiaux de ma petite vie… Alors il me suit et fidèle, je ne l’abandonne pas …

  • Mickaël
    20 décembre 2010 à 10:15

    Ok pour « je suis partout » mais côté son, il est quand même meilleur que ce qu’on peut entendre sur « dies olé » ou bien « stalag-tilt ». Pour des chansons comme ça, heureusement qu’il y a des lives.

  • koamae
    20 décembre 2010 à 10:11

    Bon, si vous avez lu mes messages sur les autres disques, vous n’allez pas me contredire, je suis un grand fan d’HFT. Mais là, je ne peux pas… Ils faut voir les choses comme elles sont: « Eros Über Alles » est une sombre merde kitsch et dépassée. Ca pue la ringardise 80’s, qu’on le veuille ou non. « Je Suis Partout » est la plus mauvaise chanson du chanteur. Heureusement il y a « Pulque… » et « Syndrome Albatros », mais ces deux chansons d’un niveau plus que correct ne parviennent pas à sauver le disque de la noyade. A fuir.

  • Manu
    28 novembre 2010 à 11:04

    syndrome albatros est un bijoux ! si il pouvait l’inclure dans sa futur set list.

  • Mickaël
    27 novembre 2010 à 19:45

    « Syndrome albatros »! « Pulque, mescal y tequila »!

  • cocoy
    27 novembre 2010 à 19:36

    Ce n’est pas mon album préféré, loin s’en faut.
    Un p’tit coup de cœur pour « Pulque, mescal y téquila » quand même !

  • Adrien
    20 novembre 2010 à 00:25

    Là pour le coup, je suis d’accord avec l’idée selon laquelle l’album est un copain, sinon une suite, de son prédecesseur. Meteo Für Nada et Eros über alles sont les deux albums auxquels j’adhère le moins en ce qui concerne la musique. Je crois que j’ai une dent contre la musique synthétique des années 80, les batteries électroniques etc… En revanche, côté textes et interprétation, c’est excellent !
    Tout particulièrement : « Was ist das », « Amants destroy », « Je ne sais plus quoi faire pour te décevoir », en fait, tout particulièrement, tout l’album !