Skip to content

Défloration 13 (2001)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 


Voir les 18 commentaires
  • PK
    17 novembre 2015 à 09:51

    http://www.thiefaine.com/discographie/?cat_id=1&album_id=10

    L’album d’une recontre qui a auguré une nouvelle écriture pour HFT et bien d’autres choses, avec la collaboration d’un nouveau Manager.

  • PK
    17 novembre 2015 à 09:44

    L’album que je préfère, dont le live au Bataclan.

  • inconnu
    10 février 2015 à 10:47

    @ slip :

    Je t’ai reconnu…E !

    indices :

    – ton pseudo : ( kangourou )

    – diamant ( Arabesque )

    – psychologie ( à l’inconnu qui écrit ce post )

    – et Pise peut-être pour aussi pour la marine, sa tour penchée* ?

    nb :

    – la tour penche réellement car je l’ai visitée comme ton …. 😉

    obs :

    en 2001 HFT était certainement grâce à cet album le moins déjanté et au plus près de sa réalité !

  • Slip
    10 février 2015 à 03:16

    C’est du sérieux ici ? On remonte jusqu’en 2001 avec un album complètement déjanté ou presque, c’est au tour de Pise de continuer la communication sur les diamants de la psychologie…

  • Arabesque
    9 février 2015 à 21:34

    un diamant….

  • invité
    9 février 2015 à 16:52

    Ci-dessus : î : The Album ma Sœur 😉

  • Hun co#nnu
    6 octobre 2014 à 14:38
  • lueur d'inespoir
    5 octobre 2014 à 12:23
  • El'Toqué
    21 novembre 2012 à 18:08

    , cit. de cocoy :
    Certainement la création la plus aboutie, la plus poétique.
    Une œuvre déroutante, je dois l’avouer, j’ai mis du temps à l’apprécier à sa juste valeur.

    21 novembre 2010 à 16 h 53 min

  • sylvie
    15 février 2011 à 16:54

    Oui le guitariste et le fondateur des Rolling Stones, un musicien multi instrumentiste.

  • bernard
    15 février 2011 à 16:07

    BRIAN JONES , à ses début se faisait appeler Elmo Lewis, bel hommage

  • stephan david
    5 janvier 2011 à 18:46

    Cet album la,frole la perfection .que dire des fastes de la solitude ,du grand thiefaine .

  • Mickaël
    20 décembre 2010 à 10:23

    Je suis peut-être le seul à avoir d’entrée apprécié « le touquet, juillet 1925 » et à considérer que les points faibles de l’album sont « quand la banlieue descendra sur la ville » et « also sprach winnie l’ourson » (Thiéfaine s’est un peu vautré sur cet approximation de rap et la qualité du texte, bizarrement, ne suffit pas à sauver le morceau).
    Pour en revenir au « touquet », j’y retrouve un peu de « souchon/voulzy » dans la mélodie, comme dans « méthode de dissection… » sur l’album précédent, et c’est loin de me déplaire.

  • koamae
    20 décembre 2010 à 10:18

    A part « Le Touquet Juiller 1925 », rien à jeter de ce disque qui compte parmi les meilleeurs du chanteur !

  • cocoy
    21 novembre 2010 à 16:53

    Certainement la création la plus aboutie, la plus poétique.
    Une œuvre déroutante, je dois l’avouer, j’ai mis du temps à l’apprécier à sa juste valeur.

  • Adrien
    17 novembre 2010 à 21:53

    Le « Dernières Balises (avant mutation) » des années 2000 par son audace. L’album qui associe le mieux le nom de « THIEFAINE » à l’expression « avoir des couilles au cul ». Parce qu’il en fallait une sacrée paire pour oser cet album ! Le tout est minutieux, perfectionné (jusque dans son packaging), déroutant à la première écoute, et tellement puissant !
    Hubert signe, à mon humble idée, dans cet album, parmi ses plus beaux textes (« Camélia, huile sur toile », « Les fastes de la solitude »). Un OVNI (cela n’engage que moi) par contre, qui malgré des dizaines voire centaines d’écoutes, n’a toujours pas obtenu l’approbation de mes tympans : « Le Touquet Juillet 1925 », je me passerai de commentaire. Mais je ne la sucre jamais, pour tout dire, à force, en l’écoutant, je me mets même à la chanter !

  • Loreleï2
    17 novembre 2010 à 19:51

    Camélia … c’est la perfection !

  • Lorelei2
    17 novembre 2010 à 19:16

    J’ai mis très longtemps à rentrer dans cet album , aujourd’hui je ne peux plus m’en passer … avec une mention spéciale pour Camélia Huile sur Toile et Les Fastes de la Solitude !