Skip to content

De L’amour, de L’art ou du cochon (1980)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 


Voir les 7 commentaires
  • Calou
    2 novembre 2011 à 19:08

    Celui-ci aussi…. mes 20 ans avec une amie à moi… Nous ne savions pas ce qu’était le scorbut…. Maintenant, je sais pourquoi les filles de la Rochelle ont attrapé le scorbut… Ben ouais, j’ai 47 piges et j’ai compris… Par contre, l’agence des amants de Mme Muller.. très peu pour moi… elle est flippante cette chanson! Dieu sait si je suis une fan de toi, mais là, moi pas comprendre…

  • Lorelei2
    20 février 2011 à 19:51

    On attend toujours Vendome en live …

  • fredolo
    14 janvier 2011 à 09:43

    sur ce cd que je viens de ré-écouter la semaine dernière j’aime particulièrement « Vendome gardenal snack » … sinon c’est vrai que ce n’est pas son meilleur … je crois d’ailleurs me souvenir d’une phrase de Thiéfaine lui-même qui disait qu’il n’aimait pas tellement cet album car il avait essayé de faire des chansons comme dans les 2 albums précédents …

  • Sister S
    13 janvier 2011 à 22:05

    je l’aime bien. « L’agence des amants de madame Müller » est un morceau qui tue sa race et j’aime la variété de genre des chansons de cet album.
    À quand une réédition remasterisée??????
    please monsieur sony

  • koamae
    20 décembre 2010 à 10:01

    Celui-ci, bof…
    Pas spécialement mauvais, mais lourdingue, à la longue. Je ne me lasse pas de « Psychanalyse Du Singe » et « L’Agence… », mais le reste…
    Un album mineur.

  • cocoy
    21 novembre 2010 à 17:19

    Comme un chien dans un cimetière , tout un programme et même un spectacle. J’aurai aimé le voir sur scène à cette époque.

  • Adrien
    20 novembre 2010 à 00:33

    L’album du souvenir de soirées entre potes dont les détails ne sont pas à vanter ! Le délire à l’état brut. Le tout sur un son très garage. Des textes barrés comme on en fait plus. Un album clownesque que j’écoute régulièrement. Signalons pour les non initiés qu’il est très peu représentatif de la discographie d’Hubert. C’était un plaisir d’en entendre pas mal lors de la tournée SCANDALE MELANCOLIQUE TOUR 2006.